Mystères sur la Lune

Note utilisateur:  / 59
MauvaisTrès bien 
phases-lune

 Introduction

Le 7 Février 1998 nous apprenions dans le quotidien local que l'Association "GUADELOUPE ECHANGES ET CULTURES" créée en 1996 avait invité en Guadeloupe l'astronaute Harrisson SCHMITT, Docteur en géologie de l'Université d'Harvard, dernier visiteur de la Lune, en Décembre 1972, en compagnie du commandant de bord d'Apollo 17, Eugène CERNAN. La conférence, intitulée "Jusqu'à la Lune et au delà" et illustrée d'une diaporama montrant probablement les images recueillies pendant les 22 heures d'exploration lunaire de la mission Apollo , a eu lieu le 17 Février 1998 au Centre des Arts.
 
Sans vouloir minimiser l'aspect humain et scientifique de la mission d'Apollo 17 où le courage et l'endurance des hommes ont été mis à rude épreuve, et qui leur a permis de récolter 113 kg d'échantillons de sol, en parcourant près de 35 km avec la jeep Lunar Rover, nous pouvons regretter que cette dernière mission lunaire n'a pas levé le moindre carré du voile des nombreux mystères qui s'attachent à notre satellite la Lune, dont on évite de parler soigneusement en public, mais seulement dans les cercles scientifiques autorisés et que nous allons remettre ici à l'ordre du jour en profitant du battage médiatique que nous a offert l'éclipse totale de soleil du 26 février 1998.

Quelques mystères lunaires non résolus.

Jetons donc un coup d'œil furtif sur certains de ces mystères :
 
- La différence de densité moyenne 3,33g/cm3 pour la Lune et 5,5g/cm3 pour la Terre, ainsi que la composition des roches lunaires, bien moins riches en métaux que celles de notre bonne Terre, semblent éliminer l'hypothèse que la Lune ait été à l'origine arrachée de la Terre. Cette hypothèse a pourtant, en ce moment, la très grande faveur des scientifiques, qui pour cela font intervenir le choc de la Terre avec une planète presque aussi grosse que Mars, choc qui transformerait d'abord la Terre en une planète avec un anneau comme Saturne puis dans le temps record incroyable d'une année l'anneau devrait réaliser son accrétion pour former la Lune. 27 simulations numériques de différents centres de recherches réalisés pour vérifier cette hypothèse ont abouti au même résultat. (voir la revue Ciel et Espace n°333 de Février 1998). Ce qui est surprenant, c'est qu'une revue qui se veut sérieuse comme Science&Vie dans son n°1015 d'Avril 2002 dans un article intitulé "Retour sur la Lune" en page 60, nous écrit les paragraphes suivants:"
 
D'autres part, les scientifiques voudraient comprendre le rôle qu'a joué notre satellite dans la stabilisation de la rotation de la Terre, un facteur déterminant pour l'essor de la vie. (Tiens, tiens c'est exactement ce que dit l'article soi-disant bidon de la revue "Pour la Science" d'Avril 2000.

<div"> Si l'on sait déjà qu'elle est née il y a environ 4,5 milliards d'années du choc d'un planétoïde qui a heurté la Terre et en a arraché un morceau, on ignore si elle s'est détachée d'un seul coup ou si elle s'est formée à partir d'une multitude de petits éclats de notre planète."

Donc comme vous le voyez l'auteur Valérie Greffoz de cet article, n'y va pas par quatre chemins: La thèse de la Lune arrachée de la Terre est une fois pour toute admise et "on le sait déjà" .....un point c'est tout.
 
Compte tenu de cette accrétion incroyable citée plus haut et faite en une année, nous pensons qu'il est alors préférable pour l'instant d'admettre que la Lune pourrait venir d'ailleurs. Mais comment a-t-elle pu être capturée par la Terre pour se placer sur une orbite formant un cercle presque parfait, nécessitant un freinage rigoureux lors de la satellisation, alors que les satellites des autres planètes décrivent généralement des ellipses plus ou moins étirées? La probabilité d'une telle capture est donc pratiquement nulle.
 
- Mais cet événement devient très surprenant, quand on sait que la Lune possède ce que l'on appelle une rotation obligée, ce qui signifie qu'elle tourne sur elle-même dans le même temps qui lui faut pour effectuer sa révolution autour de la Terre, soit environ 27,3 jours (exactement 27 Jours, 7 heures 43 minutes et 11,5 secondes). La conséquence de cette rotation, dite aussi synchrone est que la Lune nous présente toujours la même face. Si la Terre avait une rotation obligée autour du soleil, elle présenterait toujours le même hémisphère grillé face au soleil et l'autre resterait dans la nuit glacée perpétuelle.
 
Nous nous sommes demandés, si cette situation, appelée par les spécialistes, "la résonance spin- orbite" était courante dans le système solaire. Voici la réponse que nous avons obtenue : Oui ! Puisque c'est le cas de la plupart des satellites naturels des planètes du système solaire. Un peu plus de 60 satellites naturels sont répertories actuellement dans le système solaire. Il y en a exactement cinquante qui ont la même synchronisation que la Lune, c'est à dire qu'ils effectuent une rotation sur eux mêmes précisément dans le même laps de temps où ils bouclent une révolution autour de leur planète respective, ce qui a pour effet, lorsque leur excentricité orbitale est faible (ce qui est généralement le cas), qu'ils montrent toujours la même face à la planète."
 
Dans un article remarquable d' Éric Bois de la revue "Pour la Science" , n°285 de Juillet 2001, nous avons appris, que la Lune possédait un deuxième synchronisme: En effet, d'une part son axe de rotation tourne (comme celui d'une toupie) autour d'une position moyenne et décrit la surface un cône (appelé cône de précession) en 18,6 ans, et d'autre part, la Lune voit de plus, l'axe perpendiculaire à son plan orbital, décrire également un autre cône, en exactement aussi, 18,6 ans. Cette seconde précession a pour conséquence, le décalage des nœuds ascendant et descendant, points d'intersection de l'orbite de la Lune et de l'écliptique (plan de l'orbite moyenne de la Terre passant par le centre du soleil). A chaque fois que la Lune croise le plan de l'écliptique, les nœuds se décalent légèrement pour ne retrouver leur position initiale qu'au bout de 18,6 ans. Ce deuxième synchronisme peut-il une fois de plus être mis sous le compte l'effet du hasard ?... Aux spécialistes de répondre....
 
Ce double synchronisme de la Lune, nous dit la revue précitée, engendre deux fréquences supplémentaires dites "fréquences de résonance" de 2,9 ans et de 80,1 ans, qui combinées aux fréquences déjà citées de 27,3 jours et 18,6 ans, régissent donc toutes les perturbations connues de la rotation de la Lune. Cela joint en plus, au fait que son volume représente près de 2% de celui de la Terre et sa masse 1%, pourcentages de loin supérieurs à tous ceux obtenus par toutes les autres planètes et leurs satellites , va entraîner donc le fait que le "duo Terre-Lune" se présente comme une "planète double", ce qui en fait un couple presque unique en son genre dans le système solaire, ( Remarquons en passant aussi l'exception du couple Pluton-Charon, encore plus extraordinaire, car le satellite Charon tourne autour de Pluton en 6,39 jours et la planète Pluton tourne sur elle-même, chose bien bizarre, exactement en 6,39 jours également, si bien que Pluton possède un hémisphère où Charon apparaît totalement immobile dans le ciel comme le serait un satellite géostationnaire pour la Terre).
 
Préoccupons-nous maintenant de l'ancienneté des roches lunaires: La revue américaine, trimestrielle de Juin 1976 intitulée "UFO REPORT" contenait un article remarquable de huit pages de Don Wilson tiré probablement de son livre "Our mysterious space ship Moon" paru aux États-Unis en 1975 et seulement en 1979 en France. Jetons, voulez-vous, un coup d'œil furtif sur l'information hors norme que contient cet article, qui est en anglais bien sûr et dont nous vous donnons une modeste traduction ci-dessous:
 
...Mais le premier spécimen de roche que l'astronaute Neil Armstrong ramassa dans la Mer de la Tranquilité après son alunissage se révéla dater de plus de 3,6 milliards d'années. Mais ce ne fut qu'un début dans l'histoire de ce mystère d'ancienneté. L'une des pierres rapportées au cours de ce premier voyage, se révéla d'un âge déconcertant de 4,3 milliards d'années. Une autre roche (la n°13) atteint la datation encore plus exceptionnelle de 4,5 milliards d'années.. Et un échantillon de sol rapporté par Apollo 11, se révéla vieux de 4,6 milliards d'années - l'âge même que les scientifiques attribuent à la Terre et et au système solaire. De même, les sondes inoccupées soviétiques, décelèrent dans l'une des plus anciennes mers de la Lune, la Mer de la Fertilité, des pierres âgées de 4,6 milliards d'années. Cependant selon le périodique d'astronomie bien connu, "Sky and Telescope", la Conférence sur la Lune de 1973, à laquelle participèrent la plupart des spécialistes lunaires de la NASA, révéla que l'on avait découvert une roche lunaire datant de 5,3 milliards d'années. Un autre rapport, fondé sur la méthode potassium-argon qui est aujourd'hui, le système de datation, le plus précis, établit que "certaines pierres" ont atteint l'âge incroyable de 7 milliards d'années.
 
Et s'il faut croire un autre rapport "deux pierres rapportées par Apollo 12 ont été estimées pour avoir l'âge de 20 milliards d'années." Incroyable ? Apparemment, car il s'agit là de 4 fois l'age de notre planète et notre système solaire... Autant que nous le sachions, c'est la limite d'âge extrême qui ait jamais été attribuée à une partie de l'Univers....
 
Dans un article de "Chemistry" de Février 1974 , le Dr Urey avance que des pierres lunaires ont révélé qu'elles contenaient des isotopes du Xenon produites par la fission du plutonium 244 , qui n'existe pas sur la Terre, ce qui indiquerait que la Lune est beaucoup plus ancienne.
 
Que dire de plus, si ce n'est encore que: Le sol et les roches lunaires ont suscité tant de contradictions qu'une équipe de savants de l'Institut Technologique de Californie (Caltech) a présenté un rapport intitulé "The Lunatic Asylum " ( L'Asile de Fous)..."
 
Ou encore: Au lieu de nous donner des réponses aux questions clefs et aux problèmes cruciaux que l'on se pose au sujet de la Lune, un scientifique a déclaré à l'époque: "La Lune nous a donnés des réponses pour lesquelles nous n'avons pas encore formulé de questions."
 
Quelle est d'autre part, la nature de ces concentrations de masses énormes appelées pour cela "mascons" et qui sont enfouis à différents endroits dans le sous-sol lunaire? Ces mascons ont la particularité de perturber les trajectoires des sondes en orbite autour de la Lune. Découverts vers 197O, ils se localisent principalement sous les mers lunaires.
 
Les différents sismomètres déposés par les astronautes sur la Lune ont enregistré des ondes de surface dont les vibrations ont été beaucoup plus longues que ce que l'on avait prévu lors de l'impact de la partie supérieure du "Lem", précipitée sur la lune avant le retour sur Terre.
 
L'expérience a été réalisée plusieurs fois et la Lune a vibré parfois plus d'une heure, ce qui a fait dire au géophysicien Maurice Ewing: "C'est comme si l'on avait heurté une cloche...". La lune serait-elle donc creuse? Évidemment aucune explication satisfaisante n'a jusqu'à présent été trouvée.
 
La Lune n'est pas morte comme on pourrait le croire. Des phénomènes lumineux insolites ont été aperçus à sa surface depuis très longtemps. Au cours des trois derniers siècles et en 1971, on notait près de 1500 cas de taches lumineuses brillantes et de changements temporaires, nommés pudiquement "phénomènes transitoires" par les spécialistes, (TLP:Transient lunar phénoména) ont été notés sur la surface lunaire, dont plus de 200 concernant la seule région du cirque d'Aristarque. Mais relevons ici, un cas assez récent : Quelle était la nature de la tache très brillante, couleur rouge rubis en forme d'ovale très allongée sur près de 22 km de long, découverte le 27 Novembre 1963 par les astronomes James Greenacre et Edward Barr de l' Observatoire Lowel dans I'Arizona?
 
L'observation faite sur l'arête du rempart du cratère d'Aristarque pourtant dans l'ombre à ce moment là, dura 75 mn, des clichés en noir et blanc furent obtenus, et on peut les voir à la page 65 de la revue Science et Vie n° 559 d'avril 1964.
 
Des structures géométriques notoires apparaissent sur la Lune.
 
Quelle est par exemple, la nature de la forme géométrique très structurée ressemblant à un demi porte-avions colossal de prés de 26km de long et où apparaissent à l'extrémité d'une plate-forme rectiligne des sortes de sphères de plus 4km de diamètre chacune, surmontées d'une gigantesque flèche formant un angle droit parfait avec cette plate-forme? Cette "superstructure" est visible sur la face cachée de la Lune sur une photographie de la NASA, prise par les astronautes d'Apollo 8, publiée pour la première fois et aussi l'unique fois en France par le Paris-Match 1028 du 18 Janvier 1969 à la page 33 ( Voir image Paris-Match 1028 )
 
lune 2
 
Pourquoi, d'autre part enfin, la NASA n' a-t-elle pas envoyé plutôt (dans les 6 missions qui ont exploré le sol lunaire), des astronautes sur les bords du cratère Vitello, où l'on voit sans discussion possible des traces de plus de 600 mètres de long, laissées par deux "véhicules" d'environ 5m et 25m de large pesant des centaines de tonnes et qui ont remonté les pentes de deux petits cratères ? Ces traces sont très nettement visibles sur la photo n° 67-H-1135 de la NASA et que l'on peut voir dans les ouvrages : "Ils n'étaient seuls sur la Lune " de G. Léonard (Belfond Mars 1978) et " La Lune et ses défis à la science " de A. Nahon (Editions Mont-Blanc 1973).( Voir l'image de Vitello ci-dessous)
 
lune1

Conclusion.

Il existe beaucoup d'autres mystères sur la Lune que nous n'avons pas évoqué ici, faute de place , comme par exemple les rayonnements très brillants qui s'échappent en étoile de certains cratères comme Tycho, Copernic, kepler... et nous invitons donc tous ceux que maintenant, ces mystères lunaires interpellent et qui aimeraient bien en résoudre quelques uns, de pas hésiter d'interroger à ce sujet, Monsieur Harrisson SCHMITT, ou tout autre astronaute, au cours de leurs conférences qu'ils pourraient faire, un jour, ici où là , et nous souhaitons que les réponses soient aussi claires que les questions et que la NASA n'aura pas, comme à son habitude, "préparé le terrain pour noyer le poisson", qui de toute façon sortira un jour de l'eau :"Il n'y a rien de caché qui ne doive être un jour découvert , ni de secret qui ne doive être connu" (Mathieu :X .26).
 
Et comment trouver finalement une théorie qui englobe tous ces mystères? Jusqu'à présent seule la théorie totalement révolutionnaire, et la plus avancée jamais émise de nos jours par des scientifiques, peut répondre à la question. Il s'agit des deux savants soviétiques à l'époque: Mikhail Vasin et Alexander Chtcherbakov qui proposèrent en Juillet 1971 dans le magazine Spoutnik l' hypothèse hardie suivante, ( qui notons le bien, a été cependant formulée dès 1968 par le français Jean SENDY, à qui nous rendons ici en passant hommage, à la page 110 de son livre "La Lune clé de la Bible", paru chez JULLIARD.) : " La lune serait un satellite artificiel de la Terre, mis sur orbite autour d'elle par des êtres intelligents qui nous sont inconnus. " (Cette thèse fut aussi exposée dans la revue le "Nouveau Planète" dans son n° 19 de Nov. 1970.) Voir cependant aussi, page 16, l'article très suspect de la revue "Pour la Science", n° 270 d'Avril 2000.
 
Nous n'avons pas ici, ni la place, ni la prétention, de résumer tout ce qui a poussé ces savants soviétiques à émettre une théorie aussi fantastique et qui, si elle s'avérait authentique, quand la Nasa dévoilera ses incroyables secrets, alors tout cela nous prouvera, une fois encore, que "la réalité dépasse bien, de très loin, la fiction la plus imaginative."
 

 

Charger les commentaires précédents

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0

Articles Science :

280px-QtubIronPillar
22209

Pilier de fer de Delhi

in Science
Histoire Le pilier mesurant plus de sept mètres, en comptant la partie enterrée et le…
philadelphiaexperiment
17454

The Philadelphia Experiment

in Science
Que c'est-il passé, en 1943, au Large des côtes américaines ? Que tentait la Navy sur un…
290px-Leonardo da Pisa
27058

La suite de Fibonacci

in Science
Statue de Leonard de Pise dans sa ville natale Mathématicien italien né à Pise, Léonardo…
pyramide-de-keops-a-gizeh
17336

Pyramides le grand secret

in Science
Moulage des blocs Le mot est lâché mais par qui ? Dans un salon de bobo parisiens ? Ou…
crop circle
26141

Crop Circles

in Science
Les "crops circles" sont des empreintes apparues principalement dans les champs de…
lune
26996

On a marché sur la Lune ?

in Science
Depuis 1969, certains s'interrogent. L'exploit des Américains a-t-il été mis en scène…
area51 sign
25870

Zone 51

in Science
Celui qui pénètre dans cette partie de l'immense désert du Nevada risque sa vie.…
bermude
27311

Triangle des Bermudes

in Science
Les disparitions en mer ont depuis toujours été nombreuses et elles sont généralement…
EspaceTempsEinstein
27505

Espace-temps

in Science
L'homme pourra-t-il le manipuler un jour ? La science-fiction nous a habitués aux voyages…
rock
23266

Rochers vivants

in Science
Jamais personne n'a vu ces pierres bouger et pourtant... Les pierres bougent. Et personne…
nikola-tesla
27066

Nikola Tesla

in Science
Sibérie orientale, 30 juin 1908 : le ciel au-dessus de la rivière Toungouska est…
chemtrails
12317

Chemtrails

in Science
Documentaire étonnant réalisé par Michael J. Murphy, Paul Whittenberger, et G. Edward…
Planete
22770

Planète manquante

in Science
Et si cette pIanète avait été peuplée de créatures intelligentes ? Entre Mars et Jupiter,…
phases-lune
58223

Mystères sur la Lune

in Science
Introduction Le 7 Février 1998 nous apprenions dans le quotidien local que l'Association…
effet-pyramide-Nikola-Tesla-543po
51276

L'effet pyramide

in Science
Nikola Tesla considérait la Terre comme l'une des plaques d'un condensateur, l'ionosphère…
cerveau
20336

Le cerveau et ses automatismes

in Science
Nos cerveaux sont programmés pour comprendre ce que l’on voit, entend, sent, touche et…
subliminal-coca-cola
28988

Messages subliminaux

in Science
Dans un film, il y a environ 25 images par seconde, l'oeil ne perçoit pas l'image seule…
unipara1
25310

Univers parallèles

in Science
Introduction Il peut se faire que certains faits arrivés à des personnes pourtant très…
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.