On a marché sur la Lune ?

Note utilisateur:  / 20
MauvaisTrès bien 
lune

Depuis 1969, certains s'interrogent. L'exploit des Américains a-t-il été mis en scène dans un studio ? Des internautes passent et repassent au peigne fin les images transmises par la Nasa

NASA / JSC :

Houston, 20 juillet 1969. L'atmosphère est oppressante dans la salle de contrôle de la Nasa. Le souffle court, le coeur battant, ingénieurs et techniciens ont les yeux rivés sur leurs ordinateurs. La voix de Buzz Aldrin grésille dans les haut-parleurs, égrenant les chiffres de la descente : " Altitude 300 pieds ... 75 pieds ... 40 pieds, nous ramassons un peu de poussière. " Sur le grand écran qui surplombe les têtes, on voit s'approcher la surface grise de la Lune. " 30 pieds, une ombre ... 20 pieds ... Contact, lumière. " Quelques mots encore. Puis la voix d'Armstrong : " Moteurs coupés. [Pause] Houston, ici base de la Tranquillité. L'Aigle s'est posé. " Concert de soupirs et d'applaudissements à Houston. Durant quelques minutes encore, des millions de téléviseurs retransmettent les échanges grésillant entre Houston, Buzz Aldrin et Neil Armstrong, les deux occupants du minuscule module qui vient de se poser sur la Lune. Puis la communication est interrompue et les écrans redeviennent noirs.
 
A quelques centaines de kilomètres de là, sous un immense hangar secret de la Nasa, dans les montagnes de l'Arizona, des techniciens éreintés goûtent enfin une cigarette bien méritée et éteignent un à un les projecteurs. Armstrong et Aldrin se dirigent vers la salle des douches, tandis qu'une autre équipe prend le relais et fignole le décor désolé de roches et de cendres poudreuses pour la prochaine transmission télévisée depuis la Lune, celle, mémorable, où Armstrong devra déclamer d'une voix claire : "C'est un petit pas pour l'homme, mais un bond de géant pour l'humanité." C'est cette autre "vérité", cette "vérité de l'ombre et des coulisses" que tente aujourd'hui d'imposer une poignée de Sherlock Holmes des réseaux. En fait de " bond de géant ", il s'agirait plutôt du " canular du siècle ", affirme Philippe Lheureux, l'un de ces pourfendeurs de la conquête spatiale.
 

" Je ne dis pas que les Américains ne sont jamais allés sur la Lune, tempère-t-il, je pense simplement qu'ils n'ont pas diffusé les vraies photos, gratuitement, au monde entier. Auraient-ils divulgué si facilement aux Russes des renseignements aussi importants alors qu'ils ne leur ont pas donné un seul gramme d'échantillons de roche lunaire sur les 382 kilos rapportés ? " Pour lui, la Nasa nous dissimule une vérité beaucoup plus fascinante : la Lune est habitée et les astronautes qui l'ont survolée ont vu des êtres plus évolués que nous. Soucieuse de garder secrète ces " précieuses informations ", la Nasa aurait alors préféré diffuser des images fignolées en studio. A moins que tout ne soit que poudre aux yeux, que personne, jamais, n'ait posé un pied sur la Lune ...
 
La théorie du complot n'est pas nouvelle puisque, dès 1969, des journaux américains mettaient en doute l'exploit de leurs compatriotes. Depuis lors, l'idée d'une tromperie lunaire réapparaît régulièrement dans les médias et inspire même des scénarios de films. Tel Capricorne One, de Peter Hyams, où trois astronautes simulent en studio un débarquement sur Mars. Reste que les scènes martiennes de ce film de 1978 n'auraient trompé personne à l'époque. Que penser alors de photos et de films " truqués " réalisés en 1969, avec des techniques d'effets spéciaux de l'époque, qui duperaient encore aujourd'hui les meilleurs des spécialistes ? Surtout, souligne Kirsten Larson, spécialiste des affaires publiques à la Nasa, il existe " des preuves physiques irréfutables : engins spatiaux, pierres lunaires, les 18 hommes qui ont mis le pied sur la Lune, ceux chargés de la mission de contrôle, des transmissions télévisées en direct. Tout cela, ajoute-t-elle, témoigne de la réalité du programme Apollo. "
 
Tout cela, pourtant, ne convainc pas les partisans de la théorie du complot, pour qui les hommes impliqués à Terre auraient pu être leurrés eux-mêmes. En France, le détracteur le plus virulent (voire le seul) est Philippe Lheureux, un amateur de photographies d'astronomie qui a su entendre les doutes émis par sa " tante Jeanine ". Il a créé un site d'analyse des photos de la Nasa (lire les encadrés) et vient de publier un ouvrage sur le sujet*. Outre-Atlantique, au moins deux autres sites égrènent les mêmes analyses. Le plus extrême est celui de Kevin Overstreet qui affirme haut et clair que tout est truqué et, par conséquent, que personne n'a jamais mis les pieds sur la Lune. Quant à David Percy, un producteur de télévision, il s'interroge sur un fait historique pour lequel nous n'avons d'autres preuves que celles fournies par la Nasa elle-même. Autant dire aucune preuve "objective", suggère-t-il. Sans compter que ces images, soulignent les trois hommes, semblent très douteuses. Les ombres sont incohérentes, ici et là on croit apercevoir le reflet d'un projecteur, les astronautes n'ont pas la démarche qui sied en situation lunaire, leur matériel semble bien peu protégé dans un univers si hostile, le même décor sert deux fois pour des images différentes et incohérentes l'une avec l'autre, etc.
 
lune1

 

 

Effets d'optique :

Il faut dire que les trois hommes font de magnifiques images de la Lune est, de prime abord, très troublante. Le doute s'insinue. Mais il ne résiste pas longtemps à l'analyse des images replacées dans le contexte des expéditions lunaires et de la technologie photographique de l'époque. Ombres étranges et premiers plans truqués s'avèrent n'être que des effets d'optique, les "projecteurs" ne sont que de simples reflets dans la lentille, les différences dans le décor s'expliquent par l'utilisation de focales différentes, etc. Il ne faut pas longtemps pour démonter un à un les arguments des partisans du complot. Sur le Net, plusieurs passionnés d'espace se sont livrés au jeu de la contre-analyse, créant des sites dédiés à la réhabilitation des images du programme Apollo. Mais rien ne peut ébranler le doute bien installé d'un Philippe Lheureux, pour qui " tout n'était que propagande politique et savante mise en scène destinée à drainer des fonds pour l'armement et à gagner la guerre psychologique vis-à-vis des Russes. Toutes les pierres ont été rapportées par des sondes automatiques. " Soit un chapelet d'opérations coûteuses et compliquées, bien plus compliquées qu'un simple débarquement sur la Lune...
 

Une caméra à découvert :

Un peu étrange, remarque Philippe Lheureux, cet appareil photo livré presque nu au vide, au froid (-150 °C à l'ombre), à la chaleur (+130 °C au soleil) et aux radiations X et ultraviolettes. Et puis, " si l'on regarde le reflet dans la visière du casque, on aperçoit des ombres qui partent dans deux directions différentes. J'ai beau regarder dehors, je ne vois pas deux soleils ...


Pourquoi le côté de la combinaison est-il éclairé par un soleil brillant qui n'éclaire pas le sol derrière l'astronaute ? Et que penser de l'ombre des jambes de l'astronaute visible dans la visière du casque ? Il est éclairé de face et se trouve en face de l'autre qui, lui, est éclairé de côté ! "


En fait, les appareils photo utilisés depuis 1962 dans les programmes spatiaux Mercury, Gemini et Apollo étaient des Hasselblad 500 allégés et peints en noir pour réduire la réflexion lumineuse. D'après Hasselblad, ils avaient été modifiés pour s'adapter aux conditions lunaires et diverses lentilles furent testées au fil des missions. Par ailleurs, le passage de la chaleur au froid n'est pas aussi brutal que le pense Philippe Lheureux et les appareils photo ne sont pas restés suffisamment longtemps exposés aux rayonnements pour que leur mécanique en souffre.


Quant aux ombres, elles sont normalement déformées par la réflexion sur la surface sphérique de la visière de l'astronaute. Une expérience très simple réalisée par Bernard Lemoine et Jean-Luc Destombes, du laboratoire de physique des lasers de Lille, montre qu'une scène reflétée dans une boule de Noël présente les mêmes apparentes incohérences des perspectives. En utilisant deux bouteilles de lait blanches, les deux chercheurs montrent également " comment les zones d'ombres du scaphandre de Bean sont généreusement éclairées par le scaphandre de l'astronaute photographe ".


Et la petite sphère blanche, visible à gauche de l'astronaute ? Ne s'agit-il pas d'un projecteur ? " Pas du tout, répond le photographe François Guénet. Sa forme octogonale indique qu'il s'agit d'un effet courant de diffraction de la lumière. En 1969, les laboratoires n'avaient pas encore vraiment mis au point des traitements antireflets. 

Le décor dévoilé :

Le même fond pour deux photos différentes prise lors de la même mission , on croit rêver ! ", jubile Philippe Lheureux. " Où est donc passé le Lem sur la deuxième photo ? Il est devant le cratère ... certes, mais alors pourquoi ne voit-on pas le cratère sur la photo du Lem ? " Si, en effet, " les arrière-plans se recoupent parfaitement, les premiers plans sont en totale contradiction les uns avec les autres. " Un photographe à qui l'on a montré ces deux clichés s'est d'abord exclamé : " Là il y a quelque chose, ça sent le montage. "
 
Mais ce sentiment n'a pas résisté à l'examen minutieux des photos incriminées. Car, en y regardant de plus près, les arrière-plans ne se recoupent pas exactement, comme Bernard Lemoine et Jean-Luc Destombes, du Laboratoire de physique des lasers, atomes et molécules de Lille l'ont mis en évidence sur le montage ci-contre (les flèches partent du sommet d'une colline vers un petit cratère sombre). Sachant que les montagnes sont à 4 ou 5 kilomètres de distance, il est évident qu'en bougeant de quelques dizaines de mètres au même endroit (comme cela a été le cas lors de cette troisième sortie de la mission Apollo 15), l'arrière-plan ne se modifie que de manière très subtile, à peine visible de prime abord. Le cratère visible sur la deuxième photo se trouve en réalité à la même hauteur que le Lem. Le deuxième cliché a été pris de l'intérieur du cratère de 15 mètres de diamètre, en contrebas du terrain. Le Lem invisible est alors à gauche et la ligne de démarcation qui partage la photo marque un simple relief du terrain

Une Lune grande comme un studio :

Je veux bien que sur la Lune la ligne d'horizon soit plus proche que sur Terre, mais à ce point-là!", s'exclame Philippe Lheureux. En fait, le même effet de proximité de la ligne d'horizon peut être reproduit sur des clichés terrestres, notamment dans des paysages de plaine, sans hauteurs visibles à l'horizon. Il suffit de prendre une photo en contrebas d'une légère butte pour avoir l'impression que le sommet de cette butte marque l'horizon. C'est vraisemblablement cet effet qui trompe nos sens sur ce cliché lunaire. De la même manière, les ombres apparemment étranges de cette image sont simplement déformées par un effet de perspective

Une Terre grosse comme une orange ?

Vraiment basse sur l'horizon et bien petite, cette Terre qui devrait faire 6 fois la taille de la Lune sur Terre ! ", s'exclame Philippe Lheureux. Première erreur : la Terre n'est que quatre fois à peine plus grosse que la Lune (c'est la gravité qui est six fois moindre sur la Lune). Certes, renchérit le sceptique, mais que penser de la comparaison entre cette photo et celle (en incrustation) prise lors du survol de la Lune par le module Apollo 11, qui couvre une plus vaste région de la Lune, et où la Terre apparaît bien plus grosse? " Effet d'optique ou mauvais truquage ? 

Réponse immédiate du photographe :

François Guénet : " Il s'agit tout simplement d'un effet dû à l'utilisation de deux objectifs différents pour l'une et l'autre photo. La photo prise depuis le sol lunaire a, de toute évidence, été réalisée avec un grand-angle, tandis que celle qui est prise au-dessus de la Lune a été faite avec un téléobjectif, qui agrandit l'objet lointain visé, en l'occurrence la Terre. "
 
Charger les commentaires précédents
  • Invité - Réponse à Jean guy

    Signaler

    Ben oui tu as raison pour les étoiles, ils sont tellement stupides qu'ils ont oublié de mettre un fond étoilé. Et Jim, viens m'aider à mettre le projecteur pour eclairer Armstrong! OK John,et pour les étoiles on fait quoi?oh pas besoin on a pas le temps.

    Moi ce que je crois c'est qu'il y a beaucoup qui croit aux complots,par manque de culture, donc on se rattrape sur les théories du complot, parce qu'on a pas travaille ses cours à l'école et qu'on sit que dalle. Avec les complots,miracle, ona plein de connaissances, sauf que rien n'est vérifié, mais c'est pas grave,ona raison, on sait mieux que ceux qui ont étudié, et surtout, on est plus malin qu'eux, enfin on le droit. Plus doué que les scientifiques qui connaissent un peu mieux lalune que les complotistes ! Et ça, le comploteur ne supporte pas quand il y a des spécialistes de telle ou telle chose, car c'est lui le spécialiste ultime,il sait pour les pyramides (diplôme d'archéologie), mais il sait aussi pour les illumination, d'ailleurs les illuminatis ont tellement peur qu'ils osent pas l'éliminer ;). Et les complotistes sont connus pour leur connaissances scientifiques en physique chimie depuis le 11 septembre. Et aussi pour leur diplôme en astrophysique depuis appollo.ça en fait des diplômés,tout ça pour pas être capable de mettre les illuminatis sous les verrous lol

  • Invité - Youki

    Signaler

    Bonjour,

    Je suis assez de l'avis de Jou_O_snow.

    Les américains seraient bien allés sur la Lune et les photos publiques ont toutes chances de ne pas être truquées. C'est d'ailleurs ce qu'il y a de plus extraordinaire car elles montrent des pierres ou des cailloux qui pourraient témoigner d'une présence à une époque ou à une autre. Est-ce une volonté de la NASA de montrer sans bouleverser ?

    Ne boudons pas notre plaisir, jamais aucun télescope ne nous fournira des clichés du sol lunaire aussi précis que ceux qui nous sont présentés et une ''balade'' dans ces vues est aussi captivante que la lecture des albums d'Hergé (Objectif Lune et on a marché sur la Lune)

    Et puis, s'il était si facile de mystifier le monde entier en simulant 8 fois de suite l'envol d'expéditions habitées vers la Lune, pourquoi les USA n'ont-ils pas continué par exemple en simulant une installation de base sur la Lune, une exploration de Mars ou un survol de Venus ? D'autant qu'au fil du temps, les moyens techniques (les ordinateurs, les communications, la maîtrise des réseaux) ont considérablement évolué et les possibilités de tricher également. Un téléphone satellite pèse aujourd'hui environ 300 grammes, à l'époque des expéditions Apollo, l'antenne cornet de la station de Pleumeur-Bodou faisait 54 mètres de long sur 34 mètres de haut.

    Lorsque l'on aura de nouveau réuni, à la fois, la volonté, le courage, l'intelligence, les moyens financiers et le goût de l'effort, notre espèce retournera sur la Lune.

    Cordialement.

  • Invité - Jou_O_snow

    Signaler

    Justement se sont les éléments qui paraissent illogiques sur les photos qui justement prouvent qu'ils ont bien été sur la lune. Vous pensez vraiment que de pareilles erreurs auraient pu être fait. Deuxièmement, parmi toutes les personnes qui ont pu participer au projet d'expédition lunaire, vous pensez vraiment qu'aucun d'entre eux n'aurait fini par dire la vérité!?

  • Invité - ARCADIUS

    Signaler

    bonjour à Tous;
    Il serait bien intéressant de savoir comment sont décédés la plupart des collaborateurs de Stanley Kubrick !!

  • Invité - Cine

    Signaler

    Stanley Kubrick lui même a confirmé être à l 'origine du film qui fût diffusé ce soir là de juillet. 1969.

    Alors la veracité des images décortiquées par des pseudos spécialiste laisse songeur !

  • Invité - Jean-Guy

    Signaler

    Sur la plupart des vidéos et photos captés ou prisent par la Nasa. Soit de provenance des modules spacials ou des satelites. Nous pouvons facilement distingués les étoiles à l'arrière plan de la terre ou de la lune ou des autres planètes de notre système solaire. Pourquoi ne voyons nous pas sur la première et deuxième photos les étoiles à l'arrière plan. Et surtout l'incohérence des ombres derrière l'astronaute. Si je me fis à l'ombre aux pieds de l'astronaute et des modules lunaires. Il devrait y avoir une ombre d'apparence flagrante, qui partirait du sommet jusqu'au pied de la montagne sur son côté droit. Pourquoi une montagne de poussière lunaire faite ainsi ?. Toutes informations à ce jour, nous font part que la lune est en continuel bonbardement de météorites et de pierres en provenances d'explosions d'étoiles de notre système. Pourquoi ne voyons nous pas d'impactes de ces roches sur le tas de sable derrière l'astronaute ?Après analyse, le reflet à gauche de l'image situé à la hauteur de l'épaule de l'astronaute et quasi à l'horizon du décore n'est nullement un reflet dans la lentille de la caméra. Les températures extrêmes sur la lune ( - 150 variable à + 130 ), exigeraient un accoutrement vestimentaire plus approprier et de beaucoup plus encombrant. Ce qui ne permettrait pas cette allure et démarche aussi décontracté qui apparaissent sur les photos. Comment un module aussi petit a pu en un vole apporter autant d'équipements sur la lune ? Et comment ont-ils pu ramener 382 Kilos ( 840 lbs et 4 onces de pierres lunaire dans un si petit habitacle en 1969. C'est comme essayer de faire passer un cube de métal solide de 4 pieds x 4 pieds dans un cerceau de métal solide de 3 pieds de diamètre,dont le diamètre de la rode est de 3" pouces , couler en un tout. Et indiscutablement, l'absence d'étoiles dans le ciel est tout à fait irréaliste et les incohérences sont tellement flagrantes. Désolé les supposés experts, nous prendre pour des ignorants ? Cela ne passe plus avec la technologie d'aujourd'hui . Essayez de faire mieux et encore.

  • Invité - Cedric

    Signaler

    Il y as du vent sur la lune pour que le drapeaux flotte ainsi?...

  • Invité - X

    En réponse à: Invité - Cedric Signaler

    La réponse est simple, le drapeau était conservé dans un cylindre ce qui donne l'impression qu'il est ondulé par le vent. De plus, le drapeau est soutenu en haut par une barre de fer.

  • Invité - charli

    Signaler

    comment peut douter de ce fait trop de personnes sont impliques

  • Invité - lilma

    En réponse à: Invité - charli Signaler

    trop de personnes impliquées, bien sûr. on nous ment sur tellement d'autres choses aussi importantes

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0

Articles Science :

area51 sign
25869

Zone 51

in Science
Celui qui pénètre dans cette partie de l'immense désert du Nevada risque sa vie.…
bermude
27311

Triangle des Bermudes

in Science
Les disparitions en mer ont depuis toujours été nombreuses et elles sont généralement…
phases-lune
58222

Mystères sur la Lune

in Science
Introduction Le 7 Février 1998 nous apprenions dans le quotidien local que l'Association…
rock
23266

Rochers vivants

in Science
Jamais personne n'a vu ces pierres bouger et pourtant... Les pierres bougent. Et personne…
lune
26996

On a marché sur la Lune ?

in Science
Depuis 1969, certains s'interrogent. L'exploit des Américains a-t-il été mis en scène…
EspaceTempsEinstein
27504

Espace-temps

in Science
L'homme pourra-t-il le manipuler un jour ? La science-fiction nous a habitués aux voyages…
nikola-tesla
27066

Nikola Tesla

in Science
Sibérie orientale, 30 juin 1908 : le ciel au-dessus de la rivière Toungouska est…
chemtrails
12317

Chemtrails

in Science
Documentaire étonnant réalisé par Michael J. Murphy, Paul Whittenberger, et G. Edward…
Planete
22770

Planète manquante

in Science
Et si cette pIanète avait été peuplée de créatures intelligentes ? Entre Mars et Jupiter,…
290px-Leonardo da Pisa
27058

La suite de Fibonacci

in Science
Statue de Leonard de Pise dans sa ville natale Mathématicien italien né à Pise, Léonardo…
philadelphiaexperiment
17454

The Philadelphia Experiment

in Science
Que c'est-il passé, en 1943, au Large des côtes américaines ? Que tentait la Navy sur un…
effet-pyramide-Nikola-Tesla-543po
51276

L'effet pyramide

in Science
Nikola Tesla considérait la Terre comme l'une des plaques d'un condensateur, l'ionosphère…
280px-QtubIronPillar
22209

Pilier de fer de Delhi

in Science
Histoire Le pilier mesurant plus de sept mètres, en comptant la partie enterrée et le…
pyramide-de-keops-a-gizeh
17336

Pyramides le grand secret

in Science
Moulage des blocs Le mot est lâché mais par qui ? Dans un salon de bobo parisiens ? Ou…
subliminal-coca-cola
28987

Messages subliminaux

in Science
Dans un film, il y a environ 25 images par seconde, l'oeil ne perçoit pas l'image seule…
crop circle
26141

Crop Circles

in Science
Les "crops circles" sont des empreintes apparues principalement dans les champs de…
unipara1
25310

Univers parallèles

in Science
Introduction Il peut se faire que certains faits arrivés à des personnes pourtant très…
cerveau
20336

Le cerveau et ses automatismes

in Science
Nos cerveaux sont programmés pour comprendre ce que l’on voit, entend, sent, touche et…
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.